Archives du mot-clé transition

Détendeur et sac à dos

Cela va bientôt faire 6 mois que je vis à Phuket. J’y ai rencontré des gens intéressants, vécu des expériences très enrichissantes, repris le sport, perdu du poids, pris des couleurs.

En 6 mois, j’ai réussi à me retrouver, à apprendre encore de nombreuses choses sur moi, sur les gens, sur la culture thaïe.

6 mois passent à une vitesse assez ahurissante. On apprend sans presque s’en rendre compte, le temps file entre nos doigts et laisse son empreinte à jamais.

6 mois auront été suffisants pour me rappeler que j’aimais la mer, le soleil, les palmiers, mais que j’aimais aussi la vie citadine, les froufrous et les paillettes.

Grâce à ces 6 mois passés à Phuket, j’ai enfin pris la décision que je décalais depuis des années. J’ai pris la décision de partir m’installer à Sydney. Sydney est une ville que je connais déjà, où je me sens bien, où il fait bon vivre. Sydney est ma prochaine maison et j’ai vraiment hâte.

Cependant, je suis une personne qui a besoin de transitions claires et nettes pour écrire le chapitre suivant. Par conséquent, j’ai décidé de prendre un peu de temps pour explorer l’Asie du Sud Est. Je m’offre le luxe du temps pour découvrir, explorer, goûter, plonger.

Je ne vous raconterai pas ce voyage ici car je souhaite que ce soit une expérience à part entière. Ici, je continuerai à vous parler de mes coups de coeur, de mes coups de gueule, de mes nouveaux vernis à ongles….

Si vous voulez suivre mon voyage, des préparatifs à l’arrivée à Sydney, retrouvez moi sur « Couleurs et Saveurs d’Asie du Sud Est » .

 

Publicités

Prise de conscience

Départ pour une nouvelle vieDepuis de nombreuses années déjà, j’ai un sérieux problème. J’appréhende, je tergiverse, je spécule, je me pose des millions de questions, mais j’ai du mal à réaliser.

Le réel pour moi ne devient réel que quand j’ai le nez dedans.

Mon appartement a beau se vider, mon courrier atterrir ailleurs, ma valise se remplir, je ne réalise pas très bien que dans un mois je commence une nouvelle vie.

Je ne réalise pas que dans un mois, ma vie va connaitre un virage à 180°C. Elle prendra un coup de pied au derrière.

Les grands changements qui m’attendent:

  1. Un nouveau boulot – plus d’indépendance, un nouveau défi, une nouvelle approche
  2. Un nouveau pays – une langue que je ne parle pas, une culture totalement
  3. Un climat totalement différent – soleil, chaleur, mer toute l’année
  4. Un appartement ou une maison deux fois plus grand que mon petit appartement actuel pour moitié moins cher

Je vais prendre conscience du changement quand je serai assise dans l’avion, quand le stress du passage de la sécurité avec trois tonnes de matériel informatique. Le moment où on peut enfin se détendre, quand les lumières s’éteignent, quand l’avion est calme et serein, quand tout le monde dort.

C’est là que je commence à réaliser, c’est là que les émotions de ma nouvelle vie vont commencer à me submerger. C’est là que je vais réaliser que je suis peut être adulte et que j’ai accepté une révolution, que j’ai fait ce que beaucoup rêvent de faire sans jamais oser se lancer.

En attendant, je continue à vider mon appartement, à accepter de me séparer de mes vêtements, de faire le point sur les souvenirs, à mettre de côté des choses qui me suivront au fil des retours en France.

Plus je range, plus je suis sereine. Ça aide à passer à autre chose, ça aide à faire le vide pour pouvoir refaire le plein de nouvelles expériences.

Tourner les pages

Du plaisir en boiteQuand on écrit l’histoire de sa vie, parfois on l’écrit sur un parchemin digne des rouleaux de la mer morte. Cependant, parfois, le parchemin se mue en livre or dans un livre il y a des pages et ces pages ont besoin d’être tournées.

A certaines périodes de la vie les pages se tournent à vitesse grand V. Celles qu’on a hâte de tourner parce qu’on les a lu et relues maintes et maintes fois. Ces pages là, on a beau être conscient qu’il faut ralentir leur défilement parce que notre entourage ne parvient pas à suivre. Une fois qu’elles sont tournées, les relire devient une corvée. On les récite par coeur à en avoir la nausée.

D’autres pages se tournent centimètre par centimètre. Celles que quelqu’un d’autre a décidé de tourner pour nous, celles que la vie a décidé de tourner pour nous. Ces pages là font mal, elles nous déchirent de l’intérieur. Ce sont des pages comme dans les livres anciens, celles qu’il fallait séparer soi même. Ces pages là sont faites d’un parchemin épais, celui qui a du mal à céder, qui résiste.

Toutefois, la vie nous réserve parfois des surprises. Parfois il suffit d’un déclic, d’une rencontre, d’une conversation. Cette prise de conscience nous permet de donner un coup sec dans les pointillés. Ce déclic il est libérateur, il nous déleste d’un poids, il nous donne un nouveau souffle.

Quand cette page cède on revit, on retrouve la pêche, on reprend goût au bonheur.

Ça a bon goût le bonheur et aujourd’hui j’ai envie de le savourer, de m’en délecter. J’ai envie de m’en lécher les doigts.