Archives du mot-clé temps pour soi

Tous en Rythme

Vivre sous les tropiques implique de changer un peu (radicalement) sa façon de vivre, de voir la vie, le regard que l’on porte sur les autres, sur notre environnement.

Depuis que je vis à Phuket, j’ai énormément appris sur moi même. J’ai également eu la confirmation de choses que je savais plus ou moins et que j’avais oublié de prendre en compte à un certain moment.

Ce que j’ai découvert ou redécouvert (en vrac):

  1. La TV ça ne sert qu’à mettre en veille son cerveau et franchement je me sens mieux sans
  2. Je suis vraiment super frileuse. Car oui, dans l’absolu, je dois admettre que 25°C ce n’est pas froid, mais je mets malgré tout un pull quand je rentre tard chez moi car en scooter ça caille!! (si si pour de vrai!!)
  3. Je déteste la pluie. Non mais alors vraiment. Les nuages gris et l’eau qui me tombe sur la figure ont une influence tellement radicalement négative sur moi que je deviens tout de suite irritable dès que ces deux facteurs sont réunis. Ce qui est un peu emmerdant, c’est que c’est la saison des moussons jusqu’en novembre.
  4. J’adore les fringues
  5. J’adore la couleur et encore plus avec ma peau un peu dorée
  6. JE PEUX BRONZER!! Il me faut juste un peu plus de temps qu’à d’autres. Ma peau contient de la mélanine pour de vrai. Ce qui est en revanche un peu embêtant c’est que comme je ne passe pas mes journées sur la plage, je crois qu’aucune partie de mon corps n’a vraiment la même couleur.
  7. J’adore le maquillage et les vernis à ongles avec tout plein de couleurs. J’adore jouer avec les fards, faire paraître mes yeux un peu plus bleus ou un peu plus gris selon ce que je mets sur mes paupières,j’adore me faire une bouche ultra rouge et velvet. C’est totalement superficiel, totalement superflu, mais totalement assumé et je ne suis pas prête de m’arrêter là.
  8. J’adore les chaussure, mais ce que je préfère c’est être pieds nus. On est tellement bien que ça vaut tous les escarpins du monde.
  9. Je ne sais pas ne rien faire. Travaillant l’après midi et dormant assez peu, je n’ai aucune matinée libre. Je fais du sport, du yoga, du surf, je prends des cours de thaï et le weekend tout dépend du temps et de mon humeur. Au final, bien que la vie culturelle locale soit un peu en reste par rapport à ce qu’on peut trouver à Paris par exemple, mes journées sont simplement rythmées autrement.
  10. Je préfère mon corps quand il est musclé. On y est pas encore tout à fait. Deux ans sans sport, ça ne s’efface pas comme ça, mais je suis sur la bonne voie. Je me sens tellement mieux depuis que j’ai repris à un rythme à peu près équivalent à ce que j’avais avant ma blessure (+/- 6h par semaine), que pour rien au monde je ne voudrais abandonner ce bien être. Franchement, la cellulite c’est tellement laid qu’il faut que je m’en débarrasse car elle ne va pas avec la couleur de mon nouveau maillot de bain.

Bien que ce soit hyper à la mode ici, ne vous attendez pas à ce que je vous parle de trucs un peu perchés spirituels comme la méditation, les retraites spirituelles ou autres fantaisies du genre. Ce n’est vraiment pas mon délire donc merci, mais non merci.

Aujourd’hui, oui je vis un peu au ralenti culturellement parlant par rapport à ce que je vivais à Paris, mais Phuket offre tellement de possibilités sur d’autres tableaux que je m’y adonne avec un plaisir sincère et je ne regrette pas car c’est parfois bien de tester autre chose.

Publicités