Archives du mot-clé phuket

Tous en Rythme

Vivre sous les tropiques implique de changer un peu (radicalement) sa façon de vivre, de voir la vie, le regard que l’on porte sur les autres, sur notre environnement.

Depuis que je vis à Phuket, j’ai énormément appris sur moi même. J’ai également eu la confirmation de choses que je savais plus ou moins et que j’avais oublié de prendre en compte à un certain moment.

Ce que j’ai découvert ou redécouvert (en vrac):

  1. La TV ça ne sert qu’à mettre en veille son cerveau et franchement je me sens mieux sans
  2. Je suis vraiment super frileuse. Car oui, dans l’absolu, je dois admettre que 25°C ce n’est pas froid, mais je mets malgré tout un pull quand je rentre tard chez moi car en scooter ça caille!! (si si pour de vrai!!)
  3. Je déteste la pluie. Non mais alors vraiment. Les nuages gris et l’eau qui me tombe sur la figure ont une influence tellement radicalement négative sur moi que je deviens tout de suite irritable dès que ces deux facteurs sont réunis. Ce qui est un peu emmerdant, c’est que c’est la saison des moussons jusqu’en novembre.
  4. J’adore les fringues
  5. J’adore la couleur et encore plus avec ma peau un peu dorée
  6. JE PEUX BRONZER!! Il me faut juste un peu plus de temps qu’à d’autres. Ma peau contient de la mélanine pour de vrai. Ce qui est en revanche un peu embêtant c’est que comme je ne passe pas mes journées sur la plage, je crois qu’aucune partie de mon corps n’a vraiment la même couleur.
  7. J’adore le maquillage et les vernis à ongles avec tout plein de couleurs. J’adore jouer avec les fards, faire paraître mes yeux un peu plus bleus ou un peu plus gris selon ce que je mets sur mes paupières,j’adore me faire une bouche ultra rouge et velvet. C’est totalement superficiel, totalement superflu, mais totalement assumé et je ne suis pas prête de m’arrêter là.
  8. J’adore les chaussure, mais ce que je préfère c’est être pieds nus. On est tellement bien que ça vaut tous les escarpins du monde.
  9. Je ne sais pas ne rien faire. Travaillant l’après midi et dormant assez peu, je n’ai aucune matinée libre. Je fais du sport, du yoga, du surf, je prends des cours de thaï et le weekend tout dépend du temps et de mon humeur. Au final, bien que la vie culturelle locale soit un peu en reste par rapport à ce qu’on peut trouver à Paris par exemple, mes journées sont simplement rythmées autrement.
  10. Je préfère mon corps quand il est musclé. On y est pas encore tout à fait. Deux ans sans sport, ça ne s’efface pas comme ça, mais je suis sur la bonne voie. Je me sens tellement mieux depuis que j’ai repris à un rythme à peu près équivalent à ce que j’avais avant ma blessure (+/- 6h par semaine), que pour rien au monde je ne voudrais abandonner ce bien être. Franchement, la cellulite c’est tellement laid qu’il faut que je m’en débarrasse car elle ne va pas avec la couleur de mon nouveau maillot de bain.

Bien que ce soit hyper à la mode ici, ne vous attendez pas à ce que je vous parle de trucs un peu perchés spirituels comme la méditation, les retraites spirituelles ou autres fantaisies du genre. Ce n’est vraiment pas mon délire donc merci, mais non merci.

Aujourd’hui, oui je vis un peu au ralenti culturellement parlant par rapport à ce que je vivais à Paris, mais Phuket offre tellement de possibilités sur d’autres tableaux que je m’y adonne avec un plaisir sincère et je ne regrette pas car c’est parfois bien de tester autre chose.

Publicités

Kathu Night Market

Cela fait deux semaines que je vis à Phuket et plus le temps passe et plus je suis confortée dans le choix que j’ai fait de quitter Paris et de me lancer dans cette aventure. Je ne vis pas près des plages, je vis en plein milieu de l’île dans les montagnes à Kathu. Ici le rapport au temps et à l’île est un peu différent de celui que l’on peut avoir sur la côte et notamment dans le très touristique Patong.

Il y a environ deux jours ont commencé à apparaître des tentes sur la route, des panneaux d’interdiction de stationner et nous ne parvenions pas à savoir pourquoi car les gens dans ce coin ne parlent pas forcément tous anglais.

Hier soir nous avons enfin compris le pourquoi du comment en voyant apparaître un mix entre un night market typique d’Asie du sud est et une kermesse. Contrairement à ce qui se passe sur la côte, ici nous étions les seuls expats à se balader. L’ambiance était hyper bonne enfant et nous avons passé un excellent moment. Ce que j’adore dans ces marchés de nuit ce sont les stands de nourriture qui vendent des petites portions individuelles d’à peu près tout. Des snacks, des plats complets, des desserts, des glaces, des boissons de toutes les couleurs et même des spécialités locales auxquelles j’avoue ne pas avoir eu le courage de goûter.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce que j’ai gouté

N’ayant pas super faim, je ne me suis pas laissée tenter par grand chose ce qui est bien dommage parce que j’aurais bien gouté à un échantillon de chaque étal, mais mon estomac n’était pas vraiment d’accord. J’ai commencé par des saucisses grillées à la citronnelle qu’ils vendent avec un petit sachet de gingembre confit et de choux. Miam.

Beaucoup de sucre, beaucoup de coco, un peu de sésame

J’ai enchainé avec cette petite crêpe fourrée d’un mélange de sucre, de noix de coco et de sésame noir. J’avoue que sur ce coup, je suis plus mitigée car, bien qu’aimant le sucré, là c’était vraiment trop sucré ce qui tuait un peu les saveurs de la noix de coco. La  prochaine fois promis, je ne mange pas à midi et vous fais une revue gastronomique des spécialités locales. J’aime les couleurs, les odeurs, la joie de vivre qui se lit sur les visages des gens. Ils ont le sourire, veulent partager leur culture, leur patrimoine. J’ai hâte d’apprendre à parler thaï ou du moins me débrouiller avec les bases car je trouve extrêmement frustrant de ne pas arriver à communiquer avec les locaux.

Bienvenue chez vous

Pendant que certains fêtent pâques, moi je m’installe dans ma nouvelle vie. Je prends mes marques, le soleil, les conseils.

Après avoir loué mon petit scooter que j’apprends gentiment à maîtriser en ne roulant pas trop vite, j’ai été contactée par un agent immobilier à qui j’avais précédemment envoyé un mail.

J’ai visité dans la foulée deux maisons, la première dans un quartier thai, assez sombre et pas meublée, mais à un prix assez bas. La deuxième, dans un quartier mixte, toute neuve, toute meublée, mais un peu plus chère.

Avant de partir, je me suis dit que ce serait pas mal d’habiter dans un quartier thai typique, au milieu des locaux. Le problème c’est que cette fameuse maison typique était dans un quartier où les poubelles trainent par terre, où il y a plein de chiens errants, des scooters trafiqués qui s’égosillent à 6h du matin et surtout, elle est sombre.

Mon bel appartement du Panthéon était sombre, ça m’a coûté une déprime assez sévère. La nuit tombant assez tôt ici, je n’ai pas forcément envie de m’enfermer dans le noir dès le matin.

La deuxième maison toute neuve et toute meublée se trouve dans un quartier super calme, pas loin du bureau et surtout elle est baignée de lumière et a un parking. Pour ne rien gâcher, elle a deux chambres avec chacune sa salle de bain donc les amis, vous aurez où loger quand vous viendrez me voir.

Ma mère qui me prévenait contre les maisons va avoir une syncope, mais vu le quartier, je pense qu’elle changera vite d’avis.

Le plus sympa ici c’est que les agences immobilières ne demandent pas de frais d’agence qui sont inclus dans le loyer et surtout, elles ne demandent pas 12 garants et votre ADN comme à Paris. Je me laisse la journée de demain pour la réflexion, je revois la maison et roule marinette!

Je ferai des photos à la contre visite à moins que je n’opte pour autre chose, verdict lundi matin.

Bon we de pâques à tous.