Archives du mot-clé passion

Back to school

Il y a quelque temps, j’ai décidé que ce serait plus sympa de faire mon Dive Master au lieu de payer bêtement des plongées.

J’ai donc signé de mon sang le contrat et la facture. Me voilà donc depuis bientôt trois semaines de retour sur les bancs de l’école.

Forcément, le dive master ce n’est pas un package de plongées pas chères. Que nenni! Le dive master ce sont des livres à étudier, des théories de physique et de physiologie, des détendeurs à démonter, des exercices à démontrer, des élèves à assister, des plongées à guider.

Le dive master ce sont quelques plongées pour le fun et beaucoup de plongées en eau peu profonde sur des sites qui ne sont pas forcément passionnants, mais qui sont accessibles aux élèves en formation.

Ce qui est difficile quand on est dans un contexte de vacances, c’est bel et bien de concilier les plages de travail et d’études avec les plages de détente partagées avec ses nouveaux camarades de jeux. Se remettre à étudier, à remplir à nouveau sa tête de nouvelles choses, à déterrer des souvenirs de ses cours de bio et de physique.

Reprendre le chemin de l’école c’est aussi se rappeler comment on fonctionne, ce qui nous donne envie et ce qui nous donne moins envie.

Reprendre le chemin de l’école c’est aussi prendre quelques années en moins et se sentir à nouveau totalement ignorant.

Depuis le début de cette formation, chaque plongée me conforte dans l’idée que j’ai encore un million de choses à apprendre. Apprendre à consommer moins, à moins me fatiguer sur un site avec beaucoup de courant, à plonger désormais pour les autres et non plus pour moi.

A Pulau Weh, on prend surtout une leçon d’humilité. Ici, on plonge avec des personnes qui ont plusieurs milliers de plongées au compteur. On se retrouve confrontés à des mastodontes qui sont comme des poissons dans l’eau et on se prend une claque à chaque fois qu’on met les pieds dans l’eau.

En retournant sur les bancs de l’école, on se remet également en question en se confrontant aux autres. On découvre des parcours tous différents les uns des autres, des gens d’horizons divers et variés, mais qui partagent tous la passion de la plongée.

On ne peut pas être d’accord sur tout avec tout le monde et il y a souvent débat, mais au bout du compte, les points communs prennent le dessus et nous rendent heureux en faisant briller nos yeux d’enfants qui refusent de devenir adultes.

Publicités

Je suis jeune et j’ai quitté la France – Eloïse

Aujourd’hui, je vous offre un peu d’évasion avec Eloïse, débarquée à Phuket au détour d’un ban de poissons tropicaux avec une passion et pêche d’enfer hyper communicative.

Pourrais-tu te présenter brièvement?

Je suis Instructrice de plongée et j’ai débarqué ici par hasard.

Quelle est ta formation initiale?

BTS ventes et productions touristiques.

Pourquoi avoir quitté la France? Qu’en a été le déclencheur?

J’ai toujours aimé voyager et je rêvais de vivre d’une façon complètement différente, plus libre et surtout pouvoir faire de ma passion mon métier.

Pourquoi avoir choisi le pays que tu as choisi?

Un peu un hasard. Après avoir eu deux plans qui sont tombés à l’eau dont un en Egypte, j’ai pris un aller simple pour Phuket sur les conseils d’amis.

As-tu des regrets? Si oui, lesquels?

Aucun

Es-tu heureux (se) à présent?

J’ai réalisé un rêve, et je n’ai aucun regret alors oui je m’estime heureuse.

Depuis quand es-tu en expatriation?

Depuis octobre 2011.

Si c’était à refaire, que changerais-tu?

Comme ça, je dirais rien…

Des Bulles et Moi

Serpent de mer

Je suis de nature une personne assez calme et presque timide. Le souci c’est que je suis également une personne très exigeante et qui s’énerve assez vite quand les choses ne vont pas comme elle veut.

Un beau jour de 2006, j’étais au Honduras sur l’île de Utila et j’ai découvert la plongée sous marine.

Ce jour là, le jour de ma première sortie en mer dans ce qui s’apparente à un gros aquarium, je suis entrée dans un nouveau monde.

Ce jour là, j’ai franchi une barrière que j’ai bien l’intention de ne jamais franchir dans l’autre sens.

Ce jour là, j’ai découvert que sous l’eau je me sentais super zen, que le silence qui y règne bien qu’illusoire, est très apaisant.

On se retrouve face à soi même, face à un nouveau monde. On ne pense plus à ses dossiers, aux gens qui nous agacent, on ne pense plus au lendemain.

Quand je plonge, je m’immerge dans une parenthèse enchantée qui me ferait oublier que sur terre il y a la vraie vie.

J’aime ces parenthèses enchantées pendant lesquelles la seule problématique est de dénicher les moult curiosités dont la mer recèle, de noyer son regard dans les moindres recoins pour y trouver la perle rare.

Chaque plongée, même sur le même site, est une découverte permanente.

Chaque plongée est une appréhension de ce que l’on va pouvoir trouver. Avant de sauter à l’eau, je ressens toujours une petite excitation causée par le possible.

Parfois on est déçu, parfois émerveillé, mais jamais indifférent.

Plus on maîtrise, plus on s’éclate alors j’ai bien l’intention de buller de nombreuses années encore car je suis vraiment très loin de cet état de zénitude que ma prof de yoga me promet.