Archives du mot-clé france

Les petites cases

casesrangementDans notre pays, les gens adorent les petites cases. Dans ces petites cases, il mettent des concepts, des bouts de ci, des bouts de ça. Ils mettent également dans des petites cases les gens.

En France, les gens ont du mal avec ceux qui ne rentrent pas dans les cases. Ne comprennent pas que l’on puisse faire des choix qui ne correspondent pas aux images d’Épinal véhiculées par la société, les médias & co.

En France, on aime vous coller des étiquettes. Les gens sont tellement déstabilisé quand ils ne parviennent pas à vous en coller une que vous passez pour un alien contrariant parce qu’il ne veut pas se plier en quatre pour correspondre aux standards.

En France, on peut difficilement être écolo et de droite, végétarien et ne pas vouloir vivre dans une ferme auto gérée en Ardèche. Etre polyvalent est un handicap, apprendre autrement est une tare.

En France, il faut suivre une ligne droite et ne pas sortir des rails. Il faut avoir un parcours linéaire, sans débordements, suivre un parcours tracé d’avance. Il faut être ci ou ça pour obtenir telle ou telle chose.

Je suis peut être un peu idéaliste, mais j’ai l’espoir qu’un jour on mettra des déviations sur les voies pour prendre des chemins de traverse tout en étant en mesure de pouvoir reprendre une voie qui mène au même point que celle des personnes qui ont emprunté la ligne droite.

Dans la vie les chemins détournés donnent du piquant, enrichissent, élargissent les horizons.

On peut être végétarien et citadin, écolo et de droite, être un citadin convaincu et avoir besoin de petite bouffées de liberté sans téléphone, dans internet sur des îles paumées au milieu de l’océan. On peut être à l’aise en talons et en robe sexe autant qu’en converse et en jean.

Faisons tomber ces cloisons qui nous pourrissent le vie et osons être nous mêmes en assumant d’être nous mêmes en étant un peu pareils tout en étant totalement différents.

Publicités

Les 10 voyages que de rêve de faire

Je sais ce que vous allez me dire, je ne suis pas encore rentrée de République Dominicaine que je rêve déjà de repartir. Alors oui, je suis encore au soleil sous les tropiques, mais je ne suis pas en vacances mes petits chéris, je bosse et beaucoup même. Bon, je vous l’accorde, plonger c’est quand même plus sympa que de pointer dans une usine ou de passer 10 heures de sa journée devant un ordinateur dans un open space bruyant et surchauffé par les ordinateurs qui tournent à plein régime, mais ça reste un travail.

Sans plus attendre, voilà ma petite liste très orientée des 10 pays que je prévois de visiter un jour :

  • L’Equateur et plus particulièrement les Galapagos

Plongeur un jour, plongeur toujours. Ces îles sont un peu le saint Graal pour moi avec leurs espèces endémiques, leurs bans de requins marteaux et autres bestioles du genre. Le kiff total et absolu. Je pense que le jour où je serai dans l’eau avec toutes ces bestioles, je serai tellement excitée que ma bouteille ne me fera même pas une heure.

Malheureusement, les Galapagos ce n’est pas pour tout de suite car le saint Graal se mérite et le budget pour un tel voyage est assez exorbitant donc d’ici le pétage du Livret A, je balade mes palmes sous d’autres contrées.

Scalloped hammerhead shark
© http://www.oceanlight.com/

Allez voir le site http://www.oceanlight.com/ les photos sont magnifiques, vous en prendrez plein les yeux.

  • L’Argentine

Le tango, la viande, les argentins, les grands espaces, Buenos Aires. Allez savoir pourquoi, mais ce pays m’a toujours attirée. Le melting pot entre l’Europe et l’Amérique Latine, l’accent argentin si particulier, la Patagonie.

En attendant, je vais peut-être prendre des cours de tango à mon retour à Paris.

Buenos Aires Tango
© National Geographic
  • Les Maldives

Le pays en lui-même n’a pas un grand intérêt d’autant plus que la plupart des îles ne sont pas accessibles aux occidentaux. Ce qui m’attire aux Maldives ce sont les fonds sous-marins. Les requins baleine, les mantas, les requins et tortues de différentes espèces.

 081013_1707_Les10voyage4.jpg

  • La Pologne

Non, ne riez pas. Quand je vais en Pologne, je vais toujours rendre visite à ma famille dans les mêmes endroits et au final, je connais assez peu mon pays d’origine. J’ai donc envie de l’explorer du nord au sud pour en découvrir toutes les richesses et reprendre la mesure de mon pays natal qui s’est transmuté en 20 ans pour devenir un paradis capitaliste et un chantre anglo-saxon dans le vieille Europe.

Kosciol Mariacki
© National Geographic
  • La France

Dans la même mouvance que précédemment, j’ai envie de découvrir la France qui m’a accueillie il y a de cela quelques années maintenant. La France est un pays magnifique, mais malheureusement quand on vient d’ailleurs et que l’on n’a pas de famille éparpillée aux quatre coins de l’hexagone, y voyager reste assez onéreux surtout quand on a, comme moi, une réelle aversion pour le camping.

 081013_1707_Les10voyage7.jpg

  • L’Indonésie

Ne hurlez pas, je sais que j’ai déjà passé des mois en Indonésie et malgré cela, c’est un pays qui continue à me fasciner et que j’ai envie d’explorer de fond en comble. Je suis intriguée par les différences culturelles de cet archipel, les points communs entre les différentes populations et les mutations qu’il subit. Etant en plus une femme, cela rend ce voyage d’autant plus intéressant que la majeure partie de l’Indonésie est musulmane et que je trouve intéressant de voir les différentes approches vis-à-vis de la place de la femme selon les ethnies qui ont intégré pour la plupart d’entre elles l’islam à une culture préislamique en vigueur.

Green Turtle Gili Trawangan
© Girlytraveller

  • La Chine

La Chine me fascine car elle aussi est en pleine mutation depuis une vingtaine d’années. J’ai envie de voir par moi-même comment la modernité et la tradition cohabitent et voir comment le pays parvient à maintenir une certaine tradition quand il construit des villes au milieu de nulle part, sorties de nulle part dont personne n’a réellement besoin.

Je ne me fais cependant pas d’illusions. Je suis blanche, je ne pourrai jamais voir ce qu’est vraiment la Chine, même avec un guide local car en Chine on ne montre aux touristes que ce qu’on veut bien leur montrer et que pour vivre la Chine comme la vivent les chinois, il faut être chinois.

081013_1707_Les10voyage10.jpg

  • L’Inde

L’Inde et moi c’est un peu compliqué. C’est un pays qui me fascine et qui me terrifie à la fois. J’ai une envie folle de découvrir l’Inde dans toute sa contradiction. L’Inde post coloniale qui prend son envol, l’Inde traditionnelle, l’Inde moderne, l’Inde qui s’occidentalise tout en gardant des traditions très fortes.

L’Inde me fait peur par ses odeurs, son bruit, ses mendiants qu’on laisse crever dans la rue, ces nouveaux riches qui les regardent crever, le traitement que l’on fait aux femmes qui comptent encore moins qu’une vache. Comme j’aime sortir de ma zone de confort, un jour j’irai découvrir l’Inde, mais pas tout de suite, quand je serai prête… ou pas.

Si vous souhaitez un aperçu de la vie d’une française en Inde pendant quelques mois, aller voir http://reveriesindiennes.blogspot.fr/. C’est bien écrit, sans tabous et très juste.

081013_1707_Les10voyage12.png
© Blanche de Castille
  • L’Italie

J’ai envie de parcourir l’Italie et de découvrir ses nombreuses saveurs. J’ai envie de revoir Florence et ses nombreux musées, j’ai envie de découvrir le sud, la Sardaigne, la Sicile. J’ai envie de me régaler de cette cuisine riche en saveurs et en huile d’olive. Envie d’en prendre plein les yeux avec les paysages si différents d’une région à l’autre et d’observer les italiens avec leur tempérament sanguin. Les regarder gesticuler est un pur bonheur.

081013_1707_Les10voyage13.jpg

  • Le pays des Merveilles

Comment ça ce n’est pas un vrai pays ? Plus sérieusement, je me réserve celui-ci pour m’évader mentalement quand je ne peux pas le faire physiquement. Un pays rien qu’à moi où tout est possible, où les lois de la physique ne s’appliquent pas, où les pays n’ont pas de frontières, où les gens n’ont ni couleur ni préjugés. Ce pays c’est mon pays soupape, celui qui m’accueille quand je trouve que le monde réel est trop limité, trop cloisonné et que malgré toutes les possibilités qu’il offre, on nous met des barrières à chaque pas.

081013_1707_Les10voyage14.jpg

Se sortir les doigts…ou pas

Pour beaucoup, la réponse est bien trop souvent « ou pas ». La surprise vient des personnes de la bouche desquelles cela sort.

Je suis sûre que vous avez dans votre entourage, proche ou moins proche, personnel ou professionnel, des gens comme ça. Des gens qui sont diplômés, pas bêtes et qui passent leur temps à se plaindre.

Ils se plaignent parce qu’ils ne trouvent pas de boulot, ils se plaignent parce qu’ils s’ennuient dans le leur, ils se plaignent parce qu’ils sont célibataires.

Ils se plaignent encore plus quand ils sont admiratifs devant quelqu’un qui « a le courage de changer les choses ». Je ne m’attarderai pas sur cette expression car j’ai déjà écrit un article dessus.

Je suis fascinée par cette capacité des (jeunes) français à passer leur vie à râler et par leur aptitude à l’inertie.

Parfois, parce que vous êtes vraiment sympa et qu’il vous reste un peu de temps après avoir obtenu ce que vous vouliez, vous acceptez d’aider l’une de ces personnes.

Et bien, avant de vous embourber dans une telle erreur, STOP!! Arrêtez tout de suite malheureux!!Les éternels râleurs ne cherchent qu’une chose: qu’on les plaigne et pas qu’on les aide.

Ces personnes se complaisent dans une zone de confort qui n’en est pas une. Ils se complaisent dans leur rôle d’éternelle victime. Ils se complaisent dans leur rôle d’assisté.

En acceptant votre aide ou celle de qui que ce soit d’autre, cela les obligerait non seulement à se remettre en question, mais surtout à CHANGER les choses. Changer cela implique que l’on sorte de sa zone de confort, que l’on prenne des risques, que l’on se mette en danger (relativisons tout de même cette notion de danger).

Cependant, quand on regarde la situation sous un autre angle, ces  gens sont formidables.

Grâce à des gens comme ça, les postes chiants sont occupés de manière pérenne, le turnover de votre entreprise baisse.

Quand vous faites partie des gens qui aiment le changement et ne se complaisent pas dans une zone de confort illusoire, vous avez accès aux postes plus cool, vous vous créez des opportunités et vous avancez.

Le seul souci est que les gens ont une forte propension à la jalousie. Et oui, les gens ne se contentent pas de se plaindre de leur status quo, ils sont jaloux de ceux qui changent les choses.

Malheureusement, la jalousie rend certaines personnes très agressives. Et là quand vous avez eu la super idée d’être sympa et altruiste et que vous vous faites insulter, le vase déborde et vous répliquez en balançant à la personne tout votre bonheur à la figure. C’est cruel, gratuit, mais malheureusement ça fait du bien de sortir de la retenue que vous avez eue en écoutant la personne se plaindre et ne rien faire pour changer les choses.

Mais comme ils disent: LIFE GOES ON!