Archives du mot-clé ecologie

Tous responsables

Réfléchissez avant d'imprimerJe suis désolée, mais j’ai encore un coup de gueule à pousser. Oui, oui, encore un.

Celui de ce matin concerne le gaspillage.

N’avez vous jamais rêvé de pouvoir voir les étoiles à Paris? Moi si.Le problème c’est que les immeubles de bureau laissent leurs lumières allumées la nuit. Certainement dans le but de motiver leurs employés à revenir au bureau à 3h du matin.

Ne parlons même pas de toutes ces boutiques qui restent allumées en permanence, toute la nuit. De l’enseigne aux rayons, beaucoup de magasins  n’éteignent jamais leurs lumières. Il est vrai que l’efficacité publicitaire de ce dispositif est indéniable. Cela permet d’inciter au moins 1 personne à revenir….ou pas.

Combien de personnes laissent leur ordinateur tourner toute la nuit? Tout cela pour quoi? Pour gagner 2 minutes le matin à l’allumage. C’est en effet un gain de temps incontestable.

Est il vraiment indispensable d’imprimer ses mails, d’imprimer la moindre communication ou le moindre document en couleur, d’un seul côté, en A3 et en quintuple exemplaire? Quand on voit la quantité de ramettes qui défilent, des gens comme moi voient les arbres tomber dans les forêts du monde entier.

Amis citoyens, devenez eco-citoyens et pensez à vos enfants que vous prévoyiez d’en avoir ou pas. La planète, aux dernières nouvelles, nous n’en avons qu’une et elle ne se renouvelle pas au rythme auquel nous renouvelons nos gadgets en puisant dans ses ressources.

N’oubliez pas qu’un geste + un  geste + un geste, ça fait une planète un peu moins engorgée et que ces petits gestes sont tous simples à faire, ne coûtent rien et font du bien à tous.

Publicités

Cosommaction

Cet hiver, j’ai eu une idée formidable(ment débile). Je suis allée faire mes courses dans un hypermarché!

Vous vous demandez ce qui m’a pris?! Et bien moi aussi. J’ai eu la super idée de le faire en plus le 23 décembre!!

L’hypermarché est par essence un endroit que j’exècre. Ces temples de la consommation pleins de monde, d’allées interminables, de rayons à perte de vue. En entrant dans un hypermarché, on met les pieds dans le temple de la standardisation, de la consommation de masse, des produits transformés.

Je suis peut être un peu old school ou peut être un peu bobo sur les bords, mais j’adore aller au marché le dimanche matin, savoir d’où viennent mes fruit et légumes, savoir que leur prix n’a pas subit le passage de 12 intermédiaires, que les personnes qui me les vendent sont celles qui l’ont produit.

J’aime aller choisir mon fromage chez mon fromager, un fromage au lait cru, de saison, lui acheter de la vraie crème fraîche crue pleine de goût, les oeufs de poules qui ont gambadé sur de grandes étendues.

Quand j’achète du vin, j’aime que mon caviste me conseille, qu’il m’aide à choisir la bonne bouteille pour mon petit plat du soir.

On nous casse les pieds avec la crise à tout va, mais en apprenant à consommer on ne dépense pas forcément plus.

On mange plus sain, meilleur, on réfléchit avant d’acheter un nième haut chez H&M qu’on mettra une fois, on consomme plus écolo, on se pose plus de questions sur son mode de vie.

Et si le monde avait une chance de devenir un peu meilleur si chacun rationalise son rapport aux choses?!

Vite, la Terre étouffe

Les spécialistes sont formels, d’ici la fin de l’année nous seront 7 milliards sur Terre. Ce chiffre devrait encore grimper dans les années qui viennent pour atteindre des sommets assez étourdissants.

Seulement voila, c’est déjà le souk sur Terre, nous puisons à outrance dans nos ressources, chacun veut être le plus a la pointe du développement et affirmer sa position sociale en consommant.

Nous achetons, nous utilisons ou pas ce que nous avons acquis et nous nous en débarrassons. Bien souvent, les objets dont nous nous débarrassons terminent dans des décharges, des rivières, dans la nature a déverser métaux lourds, gaz toxiques, résidus polluants.

Le tourisme de masse détruit des paradis, pervertit les populations locales en les privant de leur traditions et de leur habitat. La demande en bois exotiques pour construire nos meubles coloniaux détruit des forêts entières. Notre folie d’imprimerie qui nous pousse à imprimer des tonnes de documents totalement inutilement chaque année nous pousse à abattre des forêts entières, à déverser dans la nature les résidus toxiques des encres qui servent à coucher nos pensées, nos tableaux excel et nos présentations powerpoint sur le papier.

Jusqu’à quand pourrons nous trouver des lieux propres et vierges dépourvus d’hôtels clubs et de piscines à débordement avec vue sur des golfs qui pompent les nappes phréatiques laissant les populations locales avec de l’eau insalubre dans des cabanes infestées de vermine?

Jusqu’à quand pourront nous poursuivre le rêve de vivre dans des maisons individuelles avec des hectares de jardin alors que d’autres vivent dans 20m² avec vue sur un mur pour une somme qui suffirait à nourrir une famille somalienne pendant un an?

Jusqu’à quand achèterons nous des vêtements neufs à chaque saison que nous délaisserons au bout de 3 mois parce qu’ils ne sont plus à la mode?

Jusqu’à quand porterons nous des textiles à base de pétrole teints chimiquement et qui deviennent importables au bout de quelques machines?

Vite, la Terre suffoque, elle s’épuise! Si nous ne réagissons pas, combien de temps tiendra-t-elle encore à ce rythme là?