Archives du mot-clé création d’entreprise

Je suis jeune et j’ai quitté la France – Yohann

Red King

Aujourd’hui vous allez faire la connaissance de Yohann grâce à qui j’ai tout quitté en France pour vivre à Phuket. Pour la petite histoire, j’ai rencontré Yohann dans une précédente entreprise où j’ai travaillé plusieurs années à mon retour de Malaisie.

Pourrais-tu te présenter brièvement?

Yohann, né il y a 34 ans à l’extrémité Ouest du continent Eurasien, face à l’atlantique où j’ai grandi.

Je pourrais passer ma vie entre faire de la moto et jouer dans les vagues, surtout ici ou l’eau est à 28°C

Passionné de nouvelles techno.

Quelle est ta formation initiale?

Bac S. Deug, licence puis maîtrise de biologie. Pas mal d’auto-formation dans les métiers de l’informatique.

Pourquoi avoir quitté la France? Qu’en a été le déclencheur?

J’ai déjà vécu une première expatriation en Chine de 2006 a 2008.  Après cela, le retour en France fut très difficile, je me suis jamais re-habitué à la vie parisienne.
J’ai monté une société en France qui me permettait de travailler de n’importe où à partir du moment où j’ai une connexion internet.

Mon divorce a été le déclencheur. A partir de là, je n’avais plus vraiment d’attaches en France, j’ai donc pris la décision de partir vivre dans le pays où je passais une grande partie de mes vacances : La Thaïlande.

Pourquoi avoir choisi le pays que tu as choisi?

La Thaïlande est le pays où je passais les meilleures vacances :
– La population est vraiment gentille et souriante
– Les plages sont magnifiques et je ne parle même pas des fonds marins
– La nourriture est excellente
– Le coût de la vie est globalement 3 à 4 fois inférieur à celui de Paris
– En termes d’infrastructures, la Thaïlande est désormais au niveau de l’Europe voire même un peu au dessus notamment dans le cas des connexions 3G
– Le pays est un vrai hub aérien pour toute la planète.

As-tu des regrets? Si oui, lesquels?

Pour l’instant aucun 🙂 La France ne me manque pas du tout. Chacun de mes retours en France est vécu comme une corvée.

Es-tu heureux (se) à présent?

YESSSS

Depuis quand es-tu en expatriation?

Début février 2012.

Si c’était à refaire, que changerais-tu?

La date de départ, en l’avançant d’au moins un an, et je n’oublierais pas en France :

– Ma console de jeux
– Un bon casque et une bonne combinaison de pluie

Publicités

Quitter la France

Je souhaitais tout d’abord remercier les personnes qui ont déjà répondu à mon questionnaire. Vos réponses sont très instructives et ont toutes une chose en commun: le regret de ne pas être parti plus tôt.

Je ne prétends pas du tout tendre vers une étude sociologique par un simple projet pour un blog, cependant il est assez inquiétant de lire la même chose encore et encore. Des jeunes qui ont entre 20 et 35 ans et qui d’une part ne se reconnaissent plus dans les valeurs de la France et d’autre part qui ne trouvent plus leur place dans une société pour qui être jeune semble être devenu un handicap.

Aujourd’hui, avoir un Bac+5 n’est plus une garantie d’avoir un emploi et encore moins un emploi bien rémunéré. Nombre de jeunes alternent les stages et les périodes de chômage en sortant d’école. Les entreprises cherchant des jeunes corvéables à merci, qu’elles pourront payer une somme symbolique, mais qu’elles n’auront pas à former car évidemment il faut déjà de l’expérience, sinon ce ne serait pas drôle.

Pourquoi la jeunesse fait elle peur à ce point là aux entreprises? Etre jeune est un atout formidable, on est encore hyper enthousiaste, pas encore désabusé, pas encore fatigué.

Les gens ne quittent pas la France pour travailler moins (en même temps, ce serait difficile vu les conditions de travail en France). La plupart des gens quittent la France pour tout simplement travailler, gagner en qualité de vie et élargir leurs horizons.

Il n’y a pas de pays parfait. L’un aura le climat, mais pas la démocratie, l’autre aura un super système social, mais pas d’opportunités, un troisième aura une qualité de vie extraordinaire, mais un climat peu accueillant. Trouver le bonheur n’est pas évident et je n’ai même pas la prétention d’affirmer l’avoir trouvé car je le cherche encore en bonne insatisfaite chronique que je suis. Toutefois, bien que je n’aie pas encore le sentiment d’être totalement heureuse, le chemin pour y parvenir est très plaisant.

La mondialisation est une chance formidable pour ceux qui savent en tirer partie. Combien de temps encore la France continuera-t-elle à laisser partir des jeunes qu’elle a parfaitement su former mais qu’elle a échoué à garder?

En France, ouvrir une société est non seulement extrêmement compliqué, mais également très coûteux. Je suis peinée de voir que de nombreuses jeunes sociétés mettent la clé sous la porte à cause de charges exorbitantes, de délais de paiement abusifs, de lourdeurs administratives auxquelles elles ne sont pas toujours préparées.

J’admire ceux qui ont choisi de rester malgré l’appel du large, mais que voulez vous, je n’ai pas eu ce courage et j’adore être bronzée et vivre dans une grande maison.