Tout vient à point

Reclining Buddha BKK
Wat Pho, Bangkok
© Girly Traveller

Cela fait maintenant presque un an que j’ai quitté la France. Au début pour travailler au Royaume de Siam puis pour ma balader à la recherche de beaux paysages et de beaux fonds marins.

Pendant ces 18 mois, j’ai appris une quantité impressionnante de choses.

Pendant ces 18 mois, j’ai rencontré des gens absolument extraordinaires qui resterons dans ma vie mon un bon bout de temps et des gens qui ne méritent même pas d’être mentionnés tellement ils sont odieux et nuisibles.

Pendant ces 18 mois, j’ai découvert des paysages à couper le souffle et des fonds marins chaque jour différents et pleins de surprises.

Pendant ces 18 mois, je me suis posée un million de questions sur moi-même, sur mes envies, mes priorités. J’ai parfois fait fausse route pour me rendre compte à l’arrivée que seul le chemin m’intéressait et non pas la ligne d’arrivée.

Pendant ces 18 mois, j’ai grandi d’un coup (bon, malheureusement pas physiquement, mais je vais réapprendre à marcher avec des talons).

En 18 mois, je suis enfin devenue adulte avec des envies d’adulte, mais toujours une petite fiole d’eau salée dans un coin de mon cerveau pour ne jamais oublier ce qui me fait m’évader.

Pour moi, devenir adulte a été l’occasion de voir qui étaient mes vrais amis alors que parfois ça n’allait pas, alors que j’étais loin et que le décalage horaire rythmait nos échanges. Devenir adulte a été l’occasion de comprendre que certaines voies n’étaient tracées que par les appels des sirènes que j’ai eu envie, à une période, d’écouter.

Je suis devenue adulte quand j’ai pris conscience de mes réelles envies et priorités. C’est venu tout naturellement et sans souffrance. Devenir adulte pour moi c’est comprendre que je suis prête à utiliser toutes ces petites briques que j’ai accumulées grâce à mes expériences belles et moins belles pour enfin poser les fondations d’une vraie vie stable et avec un peu moins de remous.

En fait, devenir adulte c’est plutôt cool. Cependant, ne nous emballons pas Ginette. Chaque chose en son temps. Je ne compte pas de sitôt planifier mes vacances un an à l’avance, mes sorties avec plus d’une semaine d’avance. Ce que j’aime dans la vie parisienne c’est la possibilité de prévoir à la dernière minute, de planifier l’après-midi pour le soir même ses activités en fonctions de ses envies du fait de cette incroyable richesse d’offre. Je ne compte pas non plus acheter un chien et un pavillon en banlieue (je ne sais pas lequel des deux surpasse l’autre dans ma liste d’éléments rédhibitoires).

Je terminerais cette fameuse expression à ma sauce en disant plutôt à qui sait apprendre car je ne crois pas au pouvoir de la simple attente car selon moi, la passivité n’apporte que des miettes de richesses laissées par ceux qui auront su agir plutôt qu’attendre.

Publicités

Parce que plusieurs avis valent mieux qu'un

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s