Reboot

Quand on change de vie et surtout quand on passe d’un pays comme la France où tout est aseptisé, protégé, régulé, on doit se soumettre à quelques exercices de reprogrammation mentale.

Quand on est en Occident, on fait beaucoup de choses de manière automatique. On ouvre le robinet et on s’y désaltère, on prend cette même eau pour faire son café. L’eau propre est une évidence, un dû, on ne se pose plus la question d’où elle vient, où elle va, combien il y en a.

En Thaïlande, comme dans beaucoup de pays tropicaux, l’eau est une denrée qui peut être mortelle. Ici on ne se sert pas de l’eau du robinet pour boire, on achète de l’eau. On s’en sert certes pour se brosser les dents, mais pour le café elle viendra d’une bouteille ou sera bouillie avant d’en faire usage. Consommer de l’eau devient une véritable démarque réfléchie.

En Thaïlande, l’eau n’est pas chlorée, aussi quand on se blesse, il faut impérativement désinfecter avec de l’eau oxygénée, de la bétadine ou autre.

En Thaïlande, les plaies ne cicatrisent pas de la même manière que dans un climat plus tempéré. Ici, si l’on ne prend pas soin de ses petits bobos, ils deviennent gros et laissent des cicatrices.

En France, il y a des règles, les mêmes pour tous. Ici les règles c’est selon l’humeur de chacun, elles changent, s’adaptent (ou pas), varient en fonction de la couleur de votre peau.

Ici, un étranger ne peut pas être propriétaire, ne peut pas être actionnaire majoritaire d’un commerce, d’une entreprise. Ils veulent bien de notre argent et de notre savoir faire, mais à condition que sur le papier ce soit un Thaï qui en soit le seul maître. Vous devenez alors tributaire de cette personne qui a tous les droits sur votre bien car, en cas de pépin, c’est toujours le Thaï qui a raison.

Je suis actuellement en pleine installation des nouveaux paramètres dans ma petite tête blonde. Par moments c’est un peu frustrant, par moment, un pur bonheur, mais toujours un véritable exercice mental complexe.

Se réadapter à un nouvel environnement c’est accepter que pour toutes les choses positives que ce nouvel environnement nous apporte, on devrai payer en s’accommodant des éléments négatifs.

En réinventant ma vie, j’ai l’impression d’avoir à nouveau 12 ans, d’être en pleine reconstruction et en pleine crise d’ado tout en ayant l’expérience de ma trentaine.

Aujourd’hui, en faisant le calcul, je pense que je ne suis pas loin du point mort. Reste plus qu’à parler Thaï….

Publicités

Une réflexion sur “ Reboot ”

Parce que plusieurs avis valent mieux qu'un

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s